Fées et magiciens

Être totalement dépourvu du moindre talent graphique présente l’énorme avantage de m’offrir des collaborations très enrichissantes ! 🙂

Je vous invite à découvrir celles et ceux avec qui j’ai eu grand plaisir à travailler.

© Milan

Vincent Caut

Vincent Caut est un illustrateur jeunesse, biberonné à la bande dessinée – Titeuf en tête – et du genre précoce : à tout juste 18 ans, il est récompensé par de nombreux prix, notamment au Festival d’Angoulême. Ses premiers albums paraissent l’année suivante. Il affûte son style à l’école Estienne, avant de poursuivre ses collaborations pour la presse et l’édition, que ce soit en solo ou en duo. Entre autres choses, il est le créateur du célèbre Avni. Son coup de crayon, foisonnant de détails humoristiques, a été choisi par l’équipe du magazine MordeLIRE pour mon roman Le pitre de la classe.

Son site web

© Dupuis

Renaud Collin

Après des études de bande dessinée à l’École de Recherche Graphique (Bruxelles), Renaud Collin commence par illustrer des manuels scolaires. Puis, il se forme aux techniques numériques et troque définitivement crayons et pinceaux contre une palette graphique. Au fil des projets, il met son talent au service de l’illustration ou de la BD. Les éditions Érasme/Averbode l’ont désigné pour mettre en images Un rêve de pingouin.

Sa fiche sur Babelio

portrait estocafich
© Estocafich

Estocafich

Estocafich est le pseudo de Damien Filliatre qui a pour frère jumeau Guillaume Filliatre, lequel se fait appeler El don Guillermo. Vous suivez ? Tous deux possèdent de nombreuses cordes à leur arc : illustrateurs, auteurs de bandes dessinées, membres fondateurs de l’association Misma qui édite des récits de BD et un fanzine… Mais seul le premier a illustré ma nouvelle Trésor retors dans un numéro du magazine Pop Corn.

Son site web

© Célina Guiné

Célina Guiné

Célina Guiné est née dans le 44 en 88. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’elle mène une double vie entre l’illustration et la recherche plastique ! Ainsi, elle explore la littérature, la bande dessinée, la poésie ou encore la danse et s’exprime par le dessin, la peinture, la sculpture… Elle expose régulièrement ses œuvres, notamment aux Ateliers de la Ville – son lieu de travail, que j’ai d’ailleurs eu la chance de visiter. J’ignorais tout de sa passion pour la montagne quand j’ai pensé à elle pour donner corps à Je suis une montagne.

Son site web

© Ricochet

Juliette Parachini-Deny

Juliette Parachini-Deny a fait les Beaux-Arts et est diplômée en Lettres modernes. Voilà pourquoi tantôt elle écrit les histoires, tantôt elle les met en images, tantôt elle revêt son costume d’autrice-illustratrice. Après plus d’une quarantaine de publications, elle a accepté d’embellir Petit Radeau et m’a même offert quelques-unes de ses illustrations que je ne manque pas de faire admirer aux jeunes lecteurs lors des rencontres.

Son blog

© CARA

Piou Piou

Diplômé de l’école d’Arts appliqués de Poitiers, Laurent Pinaud commence sa carrière dans la publicité et l’infographie, avant de devenir graphiste et dessinateur freelance, sous le nom de Piou Piou – un surnom qu’il doit à sa passion pour l’ornithologie. C’est en 2011 qu’il crée une bande dessinée pour le magazine trimestriel de la Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique. Dès l’année suivante, il s’adjoint les services de scénaristes successifs. En 2018, il fait appel à moi et je deviens le nouveau papa adoptif d’Ulysse et compagnie, dont nous nous amusons, ensemble, à inventer les nouvelles bêtises.

Son site web